Valorisation des ports de plaisance de la Riviera : le point sur le programme « Ports Riviera Cooperation »

Soumis par RssTourisme le mar 14/06/2011 - 14:24

Près d’une centaine d’acteurs économiques et institutionnels étaient présents le 10 juin 2011 lors de la présentation du programme franco-Italien PORTS RIVIERA COOPERATION,organisé par le cabinet Altea Groupe Experts au Conseil Général des Alpes-Maritimes, chef de file du projet.

Développé en étroit partenariat avec la Province d’Imperia dans le cadre du programme européen de coopération Alcotra, ce Projet Intégré Transfrontalier a pour objectif, a rappelé Frédérique Loctin, Chef du Service Europe et Coopération au Conseil Général des Alpes-Maritimes, de valoriser  durablement l’activité des ports de plaisance autour de trois axes :

  • - Un volet « Economie » avec la plateforme internet RESAPORTS, destinée aux plaisanciers
  • - Un volet « Formation » intitulé FORMAPORTS visant à améliorer l’emploi et la compétitivité des entreprises
  • - Un volet « Environnement » baptisé DURAPORTS (près d’1,2 M€) dont la mission est de sensibiliser les plaisanciers à l’environnement marin, d’inciter les gestionnaires de ports à entreprendre une démarche de certification environnementale européenne et de lancer des outils et actions innovants en matière de protection du milieu marin.

Etat des lieux des ports de plaisance de la Riviera transfrontalière...

Inauguré par Cristina Barabino, Assessore della Provincia di Imperia et Gilbert Mary, Vice-Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes, le séminaire a permis d’établir un état des lieux des ports de plaisance, secteur clé de l’économie de la Riviera transfrontalière qui s’étend du Massif de l’Estérel dans le Var jusqu’à la zone de Savone en Italie.

Les Alpes-Maritimes disposent de 6 ports départementaux (Menton-Villefranche Santé, Villefranche Darse, Golfe Juan, Cannes et Nice) d’une capacité totale d’accueil de 17450 postes dont 3192 postes à quai pour la plaisance. Ils ont généré en 2010, 3671 emplois permanents, 1,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont plus de 9 millions d’euros pour le seul secteur de la plaisance.

Fortement mobilisé par le réaménagement de ses ports, le Conseil Général s’est investi depuis 2006 dans de nombreuses actions contribuant à l’amélioration de l’accueil. « Nous avons créé 300 places de port et réhabilité les quais de Cannes (5M€) et quais supérieurs du port de Nice (9,5 M€) qui bénéficiera d’une électrification en synergie avec RTE à partir de 2012. explique Eric Ciotti, Président du Conseil  Général des Alpes-Maritimes. Tous nos ports sont engagés dans une démarche de qualité environnementale à travers la certification ISO 14001 et la labellisation « Ports Propres » concrétisée par des opérations régulières de nettoyage des fonds marins portuaires notamment la collecte des fusées de détresse périmées ou endommagées. Le Département fournit par ailleurs depuis 2006 des sacs de collecte des déchets biodégradables aux capitaineries des ports du département, destiné aux plaisanciers. 90 000 sacs ont ainsi été distribués en 2011. Forts de cette expérience, il était naturel que nous participions activement à ce projet d’envergure qui réunit 35 ports français et 13 ports italiens pour un montant global de 3 851 388 €. Le Conseil Général des Alpes-Maritimes en assure la coordination et la communication globale et apporte son soutien financier à hauteur de 380 613€. La contribution française s’élève à 1.973.288 € grâce à la participation de l’Union Européenne : 1 241 085 € du fonds FEDER et 351 590 € des partenaires CCINCA, Chambre des Métiers et Union des Ports de Plaisance de Provence Alpes Côte d’Azur (UPACA).Nous saluons l’apport important de l’Italie dans ce projet. »

VOLET ECONOMIE : la nouvelle Plateforme Internet RESAPORTS

« Cette première Centrale de pôle d’amarrage des ports permet d’accéder à une offre élargie de services à usage des plaisanciers et participe à l’attractivité de notre territoire, énonce en préambule Bernard Kleynhoff, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur. Le dispositif qui s’inscrit dans une démarche innovante démontre la volonté politique d’une coopération importante transfrontalière entre tous les acteurs économiques participant au programme européen Alcotra. ».

Jean-François Agostini Directeur Entreprises et Territoire de la CCI Nice Côte d’Azur, évoque la genèse du projet d’un montant de 1,4 Million d’euros: « Initié en 2007 et démarré en février 2008, il avait pour vocation de développer une plateforme de réservation de places de ports. Grâce à ce partenariat européen, il a pu en 2009 en s’alliant aux Chambres de Commerce et d’Industrie italiennes d’Imperia et de Savone, à l’Institut International de la Communication de Gênes et à l’UPACA offrir un plus large éventail de services. Il s’est ainsi enrichi de deux outils complémentaires : un service d’informations touristiques de proximité accessibles en direct à un public élargi (restaurants, musées, météo, loisirs..) et une base de données exhaustive référençant près de 875 entreprises dans le domaine de la plaisance et du nautisme. Le projet lancé officiellement le 21 juin 2011 s’achève en 2012. ».

Alberto Cappato, Secrétaire Général de l’Institut International de la Communication de Gênes, a de son côté insisté sur l’impact des nouvelles technologies, clés de voûte du projet :« Les ports étant limités à la fonction de parkings de bateaux, nous avons mené ensemble une réflexion pour leur permettre d’aider l’économie d’un territoire à se développer, notamment les zones isolées, ne bénéficiant pas de l’attractivité du littoral. L’Italie dotée d’une couverture optimale en téléphonie mobile, nous avons eu l’idée d’utiliser les smartphones pour diffuser en temps réel tout type d’information pratique et touristique et toucher de façon ciblée et personnalisée la population et les professionnels de la plaisance et du nautisme. Les Nouvelles technologies interviennent comme un outil efficient de promotion territoriale, renforçant ainsi son impact économique.. »

VOLET FORMATION : Les besoins dans le secteur de la Plaisance

Jean-Pierre Galvez, Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Alpes-Maritimes a mis l’accent sur La nécessité d’accompagner les entreprises artisanales au changement et d’assurer la pérennité de la filière transfrontalière en développant des formations polyvalentes adaptées aux besoins spécifiques des professionnels de la mer dans les domaines notamment de l’électromécanique et de la chaudronnerie. Daniela Ebano, Chargée des Affaires Générales au Secrétariat de la Direction de la Chambre de Commerce d’Imperia confirme de son côté, la transmission traditionnelle des expertises et savoir-faire de la part des TPE et la mise en place d’un cycle de formation aux métiers de la mer à usage des chômeurs ainsi qu’un programme de formation continue dédiés aux salariés, effectif dès octobre 2011.

VOLET ENVIRONNEMENT : diagnostic, certification et plan d’actions

Véronique TOURREL TURQUAND, Déléguée Générale UPACA, a présenté la certification de Gestion Environnementale Portuaire agréée par l’AFNOR (GEP), permettant aux gestionnaires de ports de plaisance en France, de répondre aux enjeux environnementaux. « Depuis 2008, 19 ports de la Riviera Française et 7 ports de la Riviera Italienne dont 2 ports-pilote s labellisés « Ports Propres » se sont engagés dans cette démarche.

Notre objectif à travers le programme PORTS RIVIERA COOPERATION est d’établir un référentiel de bonnes pratiques européen pertinent et efficace, afin de développer une certification « GEP » européenne. » Une Radioscopie détaillée de la gestion environnementale des ports des Riviera Côte d’azur et Ligure établie par In Vivo Environnement sera publiée en septembre 2001.

Invité d’honneur du séminaire, Jean-Pierre Dick, navigateur niçois et vainqueur de la Barcelona World Race en 2011 a tenu à apporter son témoignage sur la pollution croissante qu’il a observé à son retour en méditerranée et dénonce les conséquences dramatiques sur l’évolution du milieu marin. « Nous avons recensé avec Loïc Perron une bouteille d’eau en plastique tous les 100 mètres ! Un comportement qu’il faut impérativement changer en s’unissant aux pays limitrophes de la Méditerranée pour lancer de vastes opérations de tris des déchets organiques qui souillent les ports et généraliser l’utilisation de packagings ramenés sur terre pour être ensuite traités et recyclés. Il faudrait également déployer davantage de bateaux tanks pour récupérer les eaux noires et grises déversées en haute mer par les bateaux de plaisance. »

Categories